fbpx 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11

LA Charte SYSTEMIS

La Charte Ethique et Déontologique du Coaching, des Interventions et du Développement Systémiques

 

Version du 18 juin 2019

Préambule

La Charte SYSTEMIS est portée depuis 2004 par les membres d’un réseau professionnel formé de systémiciens d’un haut niveau d’expertise.

Prenez le temps de découvrir les richesses de cette Charte. En la signant, vous pourrez utiliser cette qualité de Signataire pour faire reconnaître la qualité de vos engagements.

Sa finalité

Sa finalité est de proposer un cadre déontologique* auquel les intervenants formés aux approches du changement systémique peuvent se référer et auquel ils peuvent, en retour, apporter leur contribution.

Elle permet à ses signataires, ainsi qu’à l’association SYSTÉMIS, d’expliciter, de soutenir et de diffuser des principes forts, librement choisis, principes qu’ils estiment pertinents et constructifs, et propres à proposer un cadre clair et respectueux aux différentes pratiques du Coaching, des Interventions et du Développement. Elle constitue donc un engagement du signataire, personnel et professionnel, notamment vis-à-vis de ses clients, partenaires, institutions tierces, pairs et autres signataires.

Pour participer à l’évolution des pratiques et des principes épistémologiques* les plus avancés, cette Charte ouverte est réactualisée régulièrement, à chaque fois que la nécessité ou les ouvertures se font sentir d’une manière forte auprès de ses signataires. Elle prévoit donc, dans ses propres termes, les modalités nécessaires pour assurer la portée des contributions de ses signataires (Article 18).

Cette Charte est spécifique aux activités de coaching, interventions et de développements systémiques

Ces démarches se réfèrent aux approches les plus récentes épistémologiquement, en particulier les modèles systémiques constructivistes. Toutefois, étant donnée la saine diversité des pratiques et l’autonomie de vision que les Coachs et autres professionnels systémiciens sont invités à cultiver, cette Charte n’a pas pour vocation d’être unique, mais de fédérer les intervenants autour d’un choix qu’ils sont libres de faire en fonction de leurs critères. Cherchant à favoriser une dynamique constructive et évolutive, elle se tient donc volontairement à l’écart de toute pensée unique et vise au contraire à soutenir les efforts entrepris par les systémiciens pour élargir le champ des concepts, méthodologies et pratiques de développement possibles.

En conséquence, la présente Charte déontologique du Coaching et du Développement Systémiques soutient dans son esprit et ses principes des valeurs à la fois de rigueur, d’indépendance par rapport aux enjeux commerciaux propres à ses signataires, et, en même temps, des valeurs correspondant à une éthique* du choix (choix des professionnels et choix des clients), et de l’évolutivité qui fait partie de l’essence-même du Coaching et du Développement.

Les signataires de cette Charte s'engagent librement à respecter ces valeurs

A travers leurs déclarations mais aussi leurs comportements, ils s’engagent à respecter les articles qu’ils ont signés ; mais ils se réservent le droit, en conscience, de prendre des décisions différentes de celles impliquées par les articles définis ci-après si une situation nouvelle dans laquelle certains des principes énoncés par la Charte ne pouvaient pas être appliqués se présentait. Un tel signataire prendrait alors l’entière responsabilité de ses choix éthiques* et en dégagerait les autres signataires, l’Association, ses membres et les auteurs de la présente Charte. Toutefois, il s’engage alors à faire part à l’association SYSTÉMIS de la question éthique* nouvelle soulevée dans sa pratique, afin qu’elle puisse par la suite être discutée et, si cela est jugé pertinent et possible par le Comité Scientifique et Déontologique de SYSTÉMIS*, incluse dans une version ultérieure de la Charte.

Article 1 : les signataires de la Charte SYSTEMIS et leur formation

Les personnes signataires sont des responsables, entrepreneurs, décideurs, ainsi que des professionnels de l’accompagnement des personnes, projets, équipes, institutions, entreprises, réseaux et autres systèmes sociaux, ou encore des personnes désireuses de participer à une vision globale systémique, opérationnelle, engageante et responsabilisante dans les domaines qui les touchent. Leur parcours de formation et d’actions les conduit à s’approprier des références solides et ouvertes en Systémique.

Il y a 2 niveaux d’engagement vis-à-vis de la Charte :

  1. Signataire
  2. Signataire Professionnel.

Après avoir signé la Charte SYSTEMIS, vous pouvez vous prévaloir de cette qualité de Signataire ou Signataire Professionnel dans vos communications professionnelles, dans les conditions mentionnées plus loin.

Pour devenir Signataire

J’ai besoin :

  1. d’être sensibilisé.e à la Systémique,
  2. de chercher à me servir des apports systémiques dans mes champs d’activité
  3. et de m’engager à continuer à apprendre dans ce sens.

J’adhère alors aux principes des Articles de la Charte.

Pour devenir Signataire Professionnel
  1. J’ai besoin d’exercer une activité professionnelle mobilisant des compétences systémiques issues d’une formation avancée en la matière.
  2. Ayant signé la Charte, je m’engage à en respecter les apports concrets mentionnés dans les « Engagements & précisions complémentaires » pour chaque Article de cette Charte.
Engagements complémentaires des Signataires Professionnels de la Charte SYSTEMIS

Les professionnels désireux de devenir Ambassadeurs de la Charte ont en commun la responsabilité d’accompagner le développement individuel ou collectif de personnes, à partir des ressources propres à ces personnes, ainsi que des ressources pouvant émerger de leurs interactions, en direction d’objectifs clairement explicités.

En outre, ils ont besoin d’être formés en Systémique (à partir de 8 jours complets de formation et s’engageant, en signant cette Charte, à continuer sur un ou des cycles longs).

La simple mention de « systémique » dans des formations comme la PNL, l’hypnothérapie ou le coaching, par exemple, ne suffit pas :

La formation suivie doit avoir pour objet principal les méthodologies systémiques, comme, par exemple, l’accompagnement issu des travaux dits de « L’Ecole de Palo Alto », la thérapie familiale systémique ou encore la modélisation systémique des organisations apprenantes.

Une partie de cette formation systémique peut être acquise par des voies différentes que le Signataire fera valider, s’il souhaite se prévaloir de la qualité d’Ambassadeur de la Charte SYSTEMIS, par le CSDS qui évaluera si le niveau d’intégration conceptuel et pratique dans l’approche systémique lui permet d’accéder à cette qualité. Ces voies peuvent être, par exemple :

  1. Les certifiés en «Programmation Neuro-Linguistique» (PNL) aux niveaux reconnus de Praticien, Master («Maître-Praticien») ou Enseignant, par une ou plusieurs des associations ou organisations internationales fédérant les pratiques dans cette approche.
  2. Les autodidactes en Systémique.
  3. Les responsables qui se familiarisent avec les démarches systémiques depuis plusieurs années, par l’action et les décisions prises dans leurs activités professionnelles, et notamment lors d’actions les mettant en contacts avec des systémiciens.

Le Comité Scientifique et Déontologique de SYSTEMIS

Le CSDS est l’organe de référence qui, au sein de l’association, décide de l’application des principes formulés par cette association, et notamment ceux de la Charte, ainsi que des critères de qualité requis pour les certifications reconnaissant certains parcours de formation systémiques et l’organisation de ces cycles de formation.

Ce Comité est constitué par des membres fondateurs et/ou élus de l’association SYSTÉMIS. Ces membres y siègent en fonction de critères prévus aux statuts de l’association.

Le CSDS ne prétend nullement pouvoir trancher toutes les questions relatives aux approches et pratiques systémiques, du Coaching, des Interventions ou du Développement, pas plus que ses membres ne connaissent tous les apports issus de ces domaines, mais il est constitué pour proposer des repères précis, veiller à leur diffusion et permettre leur application.

La Charte SYSTEMIS s’applique aux contextes suivants :

1. Pour le Coaching formel : entretiens individuels ou collectifs d’accompagnement des décisions, des motivations, des transitions, des apprentissages, du développement des compétences, des aptitudes (relationnelles, émotionnelles, intellectuelles), de la résolution de problèmes, de la création et de la mise en place de projets, de la préparation d’événements et de changements.

2. Pour les autres actions de Développement et interventions : temps de travail formels ou informels, collectifs, en réseau ou individuels, ponctuels ou étendus dans le temps, explicitement ou implicitement stratégiques ou encore répondant de façon ouverte et expérimentale à une vision humaine ou environnementale cherchant à se concrétiser dans des projets et des actes ; ces temps de travail peuvent tout aussi bien viser :

  • Des actions et des évolutions à un niveau local (réalisations en équipe, partenariats nouveaux, développement d’une structure, …) 
  • Qu’à des niveaux beaucoup plus globaux (stratégies à long terme, système éducatif, évolutions sociales et économiques, géopolitique, écologie, …).

Article 2 : les contextes d’action

• Dans la Charte, le terme épistémologie désigne, à un premier niveau, les principes qui fondent un système de pensée, c’est-à-dire les principes et les hypothèses nécessaires qui, explicites et implicites, soutiennent ce système, ainsi que la logique qui les articule et en fait émerger les actions comportementales. A un second niveau, ce terme désigne également la capacité que développent la communauté scientifique et les praticiens d’une approche à interroger de tels fondements de leur pensée et de leurs actions, en vue de les faire évoluer et de communiquer clairement ces principes, afin de permettre leur évaluation, d’envisager leurs répercussions méthodologies et éthiques, et le choix d’adhérer ou non à tout ou partie de ce système de pensée, et de contribuer à ses évolutions.

• Dans la Charte, le terme éthique désigne le système de règles morales adoptées par une personne ou un groupe sur un thème et à une période de son existence. Ce système de règles émerge et est adopté en fonction des motivations implicites et explicites de cette personne ou de ce groupe, ces motivations étant elles-mêmes définies comme ce qui met cette personne ou ce groupe en actions et décide de ces actions. L’éthique change en fonction des formes et des phases du développement interne et relationnel de cette personne ou de ce groupe ; elle ne peut donc être définie comme une quelconque référence objective, définitive ou unique, mais comme un choix évolutif opéré par cette personne ou ce groupe, choix explicite mais le plus souvent implicite et relatif à l’évolution de ses besoins.

• La déontologie est définie ici comme le système de règles et de responsabilités relatives à une activité professionnelle, ce système régissant les rapports entre les professionnels de cette activité et avec clients, leurs partenaires, le public et, plus généralement, l’environnement social, économique, politique et naturel au sein duquel s’insère cette activité. 

Ces règles sont contextualisées à une activité ou un domaine d’activités, et sont issues de choix éthiques plus globaux.

Epistémologie, éthique et déontologie

La Charte ne propose qu’un système de règles éthiques et déontologiques, parmi d’autres possibles applicables aux mêmes domaines d’activité. C’est le fait qu’une personne adhère à ce système de règles d’une manière libre et en phase avec sa propre éthique personnelle et ses propres engagements professionnels qui constitue la base de sa qualité de signataire..

Article 3 : la clarté des objectifs et la responsabilité des clients et des autres bénéficiaires directs

Le signataire s’engage à expliciter les objectifs de travail, tout au long de l’intervention. Ses clients et lui-même peuvent ainsi mesurer où ils en sont et décider en fonction des avancées, en s’engageant très clairement sur leurs responsabilités respectives.

Engagements complémentaires des Signataires Professionnels de la Charte SYSTEMIS

Je m’engage à expliciter, tout au long de mon intervention, les objectifs de travail qui vont servir de finalités au système d’intervention* ; et ce, dès la phase de contractualisation (qu’elle soit formelle ou informelle) ; je peux expliciter une formulation générique me permettant de reconnaître que la demande, les enjeux, les formes d’actions, les visions en jeu et les objectifs de résultats vont probablement évoluer (cette évolutivité est souvent inscrite dans le processus-même des actions de Coaching, Intervention et Développement Systémiques).

Par ailleurs, même si j’engage déjà parallèlement des outils mobilisant les ressources de mon ou mes clients, je leur fais expliciter un objectif clair, le plus souvent distinct de leur demande officielle initiale (demande dont la fonction reste souvent limitée à susciter la création du système d’intervention*, par exemple à créer la relation Coaché-Coach).

Dans les cas où le contrat est passé avec un prescripteur tiers, je m’engage par ailleurs à faire en sorte que chaque avancée en direction de l’objectif de la personne ou du groupe accompagné corresponde également à une avancée au niveau de l’objectif contractualisé avec ce prescripteur tiers. 

Ces dispositions visent en particulier 2 processus distincts : 

  • D’une part, m’assurer que le client s’engage bien sur ses propres objectifs et non sur ceux issus d’une projection de ma propre expérience ; 
  • Et, d’autre part, à engager la responsabilité du client sur des objectifs explicites, conformes à ses valeurs motrices ; cet engagement étant un pré-requis méthodologique pour obtenir des résultats attendus, ainsi que pour faire valoir et respecter la pleine responsabilité de ce client dans les résultats qu’il obtient ou non. 

Dans ce cadre, je m’engage, quant à moi, non sur une obligation de résultats mais de moyens. Je reste libre de lier ma rémunération (dans la limite des dispositions légales des pays où j’officie) aux résultats (tout ou partie), mais mon obligation morale reste une obligation de moyen, l’éthique des interventions systémiques visant à développer cette responsabilité des personnes auprès desquelles j’interviens. 

Toutefois, je veille à ce que cet engagement s’ajoute à ceux relatifs à d’autres règles légales et/ou déontologiques éventuellement liées à ma profession (comme par exemple pour les professionnels de la santé).

Engagements complémentaires des Signataires Professionnels de la Charte SYSTEMIS

Je m’engage à instaurer, dès le démarrage de l’action de Coaching ou de Développement, une qualité relationnelle telle qu’elle pourra favoriser, auprès de mon ou mes clients et partenaires présents : 

  • Un sentiment de respect mutuel ;
  • Un climat de confiance ;
  • Une dynamique suffisante pour porter le système d’intervention en direction des objectifs définis.

Les techniques relationnelles utilisées sont celles que j’ai apprises au cours de mon parcours systémique. Je m’engage donc à faire évoluer mes outils pour pouvoir offrir à mes interlocuteurs les ressources relationnelles nécessaires pour satisfaire ces points. Notamment, je compléterai ma formation si je ressens ou m’entend dire par un client ou superviseur que les points ci-dessus manquaient à mon intervention. 

En effet, je reconnais, par mes connaissances et mes expériences en la matière, que les relations instaurées dans la relation de Coaching et de Développement sont la base nécessaire pour que tout autre technique ou démarche méthodologique puisse avoir la portée escomptée.

Article 4 : le cadre relationnel

Une clé de voûte de toute intervention efficace et éthique consiste à créer un sentiment de respect mutuel, un climat de confiance, et une dynamique appropriée aux objectifs. Le signataire s’y emploie grâce aux puissantes techniques relationnelles à sa disposition.

Le Système d’Intervention

La relation qui s’instaure entre un ou plusieurs intervenants systémiciens et un ou plusieurs clients (individuels ou collectifs) fait émerger un système d’intervention qui va mobiliser les ressources propres aux participants. Ce système est constitué pour produire des résultats nouveaux dans le cadre d’une finalité de développement dont ces participants partagent la co-responsabilité. Cette co-responsabilité se répartit selon les rôles et positions de chaque acteur en présence investi dans ce système d’intervention (coach, décideur, client, médiateur, animateur, …).

Le fonctionnement opérationnel de ce système d’intervention dépend des méthodologies et attitudes concrètement mises en œuvre, et peut s’inscrire dans le cadre plus large des règles déontologiques* telles que celles proposées par la présente Charte. En présence des mêmes participants, plusieurs systèmes différents seront donc possibles, utilisant différemment les ressources disponibles et produisant des résultats distincts, selon les options méthodologiques, comportementales et déontologiques choisies.

Ces choix sont donc importants et engagent la responsabilité de chacun des membres du système, et notamment du systémicien qui est en position de proposer ces règles, de façons explicites tout autant qu’à travers son propre comportement.

Article 5 : l’expertise

Le signataire cultive ses ressources et expériences pour être capable de répondre aux critères importants définissant les expertises nécessaires aux interventions systémiques.

Engagements complémentaires des Signataires Professionnels de la Charte SYSTEMIS

1. L’expertise : dans le cadre du Coaching et du Développement Systémiques, mon champ de compétence consiste essentiellement à : 

  • Savoir percevoir, comprendre et reproduire les processus générateurs de ressources (cognitives, comportementales, émotionnelles, relationnelles ; individuelles, collectives), et ceux permettant d’engager ces ressources au service de finalités choisies 
  • Savoir repérer et comprendre les processus bloquant ou détournant ces ressources (de façon ponctuelle ou chronique), et inventer des leviers capables de faire évoluer aussi rapidement que possible les interactions, pour trouver des solutions ; 
  • Savoir mettre en place ces changements moi-même, tout en sachant les faire prendre en mains par d’autres acteurs ; et donc, savoir transmettre aux personnes et aux groupes, formellement ou non, les façons de gérer eux-mêmes leurs ressources selon les 2 points ci-dessus ; 
  • Savoir faire émerger des contextes d’interactions tels que la perception, la compréhension, les décisions et l’action des personnes en présence vont évoluer par rapport à ce qu’étaient leurs interactions auparavant ; 
  • Comprendre que la demande et la définition initiale de la situation à faire évoluer sont des produits de cette situation ; qu’elles sont donc porteuses d’informations utiles sur les processus en jeu antérieurement à l’émergence du système d’intervention ; et que, par ailleurs, dans un grand nombre de cas, mes clients, collaborateurs ou partenaires auront besoin de les transformer en une perception et un objectif distincts des formulations initiales 
  • Etre capable de modéliser une situation passée, actuelle ou à venir en me référant à des repères dynamiques et évolutifs, évitant ainsi les diagnostics basés sur l’étiquetage de ce que sont supposées être les personnes ou les groupes ; je tire les informations dont j’ai besoin pour ma modélisation de ce que j’observe via les comportements concrets en jeu, et mes éventuels avis sur les personnes ou les groupes en présence sont formulés en termes de fonctionnement (et non d’identité), de logique ou d’organisation, relatifs à un moment et à un contexte donnés 
  • Etre capable d’accompagner des personnes ou des groupes en me centrant moi-même sur les processus interactionnels en jeu, tels que mentionnés ci-dessus, pour leur laisser toute latitude dans le choix des contenus et le résultat des décisions et actions qu’ils vont mettre en place ; 
  • Etre capable d’intervenir sous plusieurs formes différentes et plusieurs stratégies possibles pour engager les ressources vers un même objectif ; cultiver et me cultiver une flexibilité comportementale, émotionnelle et perceptuelle propre à me permettre de m’adapter aux besoins, contraintes et caractéristiques des différentes situations ; en conséquence, me tenir prêt.e (comportementalement, émotionnellement, relationnellement) à adopter plusieurs positions différentes d’animation du processus de développement : coach formel, animateur non-décideur, pair, intervenant informel (implicite), formateur, tuteur, médiateur, décideur, etc. J’accepte de considérer en effet cette position non comme une identité que je porte réellement mais comme un moyen adopté en fonction de sa pertinence pour faire naître, soutenir et/ou conduire une interaction orientée vers un développement visé ; 
  • Savoir me créer ou faire créer rapidement une vision globale tenant compte de thèmes dépassant mon propre domaine de compétences techniques, de façon à être capable de fédérer des expertises, expériences, responsabilités et métiers diversifiés au service d’une finalité partagée ; 
  • Savoir articuler constamment une telle vision globale avec des actions locales concrétisant les changements souhaités ; 
  • Savoir transmettre à mes clients et partenaires, en développement la capacité à utiliser les processus pertinents, notamment de façon à augmenter leur autonomie globale ; 
  • Savoir articuler, dans les actes, les points ci-dessus avec les dimensions mentionnées aux autres Articles, notamment les Articles 4, 6 et 8.

2. Le cadre permettant de mettre en œuvre l’expertise : dans l’optique d’élargir les choix de mes clients et partenaires, je m’engage : 

  • A clarifier et, à chaque fois que cela est possible, expliciter les règles du jeu qui cadreront les interactions en cours d’intervention et permettront ainsi de cultiver et élargir les ressources et la marge de manœuvre auxquelles ces ressources s’appliquent. Ces règles protégeront les interactions au sein du système d’intervention* et définiront notamment : la confidentialité des informations personnelles ou nominatives et, plus largement, la protection et le respect mutuels ; la responsabilité de chaque participant dans ce qu’il investit de sa propre expérience dans l’action en cours, la pertinence des interactions vis-à-vis des objectifs adoptés ; s’y ajouteront tout autre thème que je jugerai pertinent pour élargir la portée et les choix possibles au service des finalités définies pour cette action ; 
  • A contractualiser et/ou formaliser les règles de fonctionnement de l’action, à chaque fois que cela pourra protéger les ressources investies par chacun ainsi que l’engagement et les choix des participants, tout comme les miens, au service des enjeux explicités.

Comme son expérience propre a un impact sur son intervention, l’intervenant ne l’utilise que comme un outil pragmatique pour mettre en valeur les ressources de l’expérience de ses clients et partenaires.

Ce sont en effet elles qui sont centrales, et c’est au sein de leur propre expérience vécue que peut se modeler toute solution et tout fonctionnement nouveaux. Le contenu de ce qu’a fait le coach ou intervenant dans sa vie personnelle, professionnelle et sociale n’est pertinent qu’à titre très ponctuel, pour se référer à des situations ou des exemples sur lesquels s’appuyer comme représentations de référence et base possible pour amorcer un raisonnement ou une hypothèse.

    Pour tous les Signataires

    Je reconnais que le cadre du Coaching et des démarches de développement qui partagent son éthique se distingue très clairement de celui du Conseil. En Coaching systémique, dans l’acception retenue par la Charte, le seul contenu expérientiel dont l’explicitation en tant que telle peut avoir une importance pour la réussite de l’action est celui du client.

    Engagements complémentaires des Signataires Professionnels de la Charte SYSTEMIS

    Mon expertise en tant que coach ou intervenant systémique consiste à n’extraire de mon expérience de vie que des processus de modélisation et de les transmettre à mon client sous forme de capacités nouvelles. J’évite ainsi les pièges classiques qui consistent à se laisser guider par ses propres contenus et jugements, au détriment de la modélisation des processus pertinents du client lui-même.

    Dans cette optique, je reconnais que ce terme désigne essentiellement :

    • ma capacité à mobiliser et créer des représentations pertinentes pour se rapprocher des objectifs découlant de l’action en cours,
    • à créer des liens pragmatiques entre ces représentations (sens, repères, décisions, …),
    • et à utiliser chacun de ces éléments comme des leviers méthodologiques efficients au service d’une compréhension unifiée et ouverte des situations au sein desquelles j’interagis dans le cadre de cette action. 

    Les éléments de cet article sont, a priori, spécifiques aux contextes relevant explicitement du coaching et de l’accompagnement formel ; je fais en sorte de les appliquer également aux autres actions de Développement Systémique, tout en les adaptant, au besoin, en fonction de ma vision propre des enjeux auxquels répondre, de ma position dans le système modélisé, et de mes options méthodologiques (par exemple, lorsqu’une partie de l’action ne relève pas du cadre du coaching mais du conseil ou de la formation).

    Article 6 : la place de l’expérience de l’accompagnant

    Article 7 : la pertinence des expériences propres de l’intervenant

    La question de l’expérience propre du signataire est stratégique et complexe. Il vise un développement qualitatif de son expérience. Il s’appuie pragmatiquement, à chaque période de son vécu personnel et professionnel, sur les richesses propres à cette période. Il respecte aussi la diversité des richesses pouvant être mises en avant par ses pairs, même différentes des siennes. Enfin, il reste centré sur ses clients et interventions, et non sur lui-même, quel que soit le prestige social éventuel lié à ses expériences.

    Engagements complémentaires des Signataires Professionnels de la Charte SYSTEMIS

    Dans le cadre de l’Article 6, j’accepte que mon expérience propre soit déterminante de façon essentiellement qualitative plutôt que par son côté quantitatif : si le fait d’avoir déjà vécu des expériences diversifiées sert cet aspect qualitatif, en revanche la question de mon âge, par exemple, n’est au mieux qu’un moyen quantitatif (parmi d’autres moyens possibles) pour me créer des expériences utiles. Quel que soit mon âge, je m’engage donc : 

    • valoriser les ressources de mon expérience selon les avantages éventuellement liés, dans ma vision propre, à cet âge, pour dépasser les éventuelles limites également liées à cet âge ; 
    • reconnaître à mes pairs, mes clients, partenaires, ainsi qu’aux autres signataires, la possibilité de savoir mobiliser des expériences, aptitudes et compétences méthodologiquement pertinentes indépendamment de l’avancement dans leur carrière d’intervenants ; 
    • A faire évoluer mes façons de mobiliser les expériences et processus de développement pertinents, en fonction de cet avancement : en effet, je reconnais que la principale dimension à mettre en œuvre au sein de ma propre expérience, en tant que développeur, est ma capacité à modéliser les processus en cours et à accompagner cette modélisation auprès de mon ou mes clients ou interlocuteurs. 

    Je reconnais que la pertinence, la qualité et la densité de mon expérience en tant que modélisateur et intervenant, ainsi que celles de l’expérience de mes pairs et autres interlocuteurs, sont également indépendantes du prestige social éventuellement lié à ces expériences. Je me contente donc de me centrer sur les ressources mobilisables pertinentes, indépendamment du fait que les modèles employés jouissent déjà ou non d’une validation par une norme sociale pré-établie, bénéficient déjà de la reconnaissance des médias, aient un éventuel aspect spectaculaire, ou encore, par exemple, qu’ils s’appuient ou non sur une large diffusion marketing.

    Précieux atout à cultiver, le signataire reconnaît que son développement personnel lui est nécessaire dans son métier pour élargir sa marge de manœuvre (donc la finesse, la créativité, l’efficacité, la fiabilité et la pertinence de ses interventions) ; mais aussi pour rester ouvert à des réalités très différentes de sa vision du monde initiale, de les respecter, et de distinguer sainement entre son expérience et celle de ses partenaires, tout en veillant à «l’écologie» globale du système auprès duquel il intervient (entreprise par exemple).
    Engagements complémentaires des Signataires Professionnels de la Charte SYSTEMIS

    Je cultive ma démarche de développement personnel tout au long de l’évolution de ma carrière d’intervenant, avec pour finalités professionnelles : 

    • D’élargir ma marge de manœuvre, donc la finesse, la créativité, l’efficacité et la pertinence de mes interventions ; 
    • D’apprendre à focaliser mon expérience sur le développement visé par mes clients, collaborateurs et/ou partenaires ; 
    • De m’ouvrir concrètement et avec congruence à des modèles du monde qui peuvent être radicalement différents du mien ; de rester humble quant à mes capacités et aux possibilités qu’elles m’ouvrent, quant à la reconnaissance que je pourrais en tirer, et quant à la validité de mes modèles qui, même particulièrement pertinents et puissants, n’en restent pas moins que des modèles ; 
    • De distinguer très clairement ce qui relève de ma propre expérience (perceptions, conceptions, valeurs, ressources, émotions, limites personnelles, …) et de celle de chacun de mes clients ; 
    • De remettre régulièrement en questions mes concepts, méthodes, attitudes, vision globale et pratiques concrètes. Mon développement personnel, dans une optique professionnelle, vise à me permettre d’intervenir avec l’assise, l’ouverture, le pragmatisme, la rigueur et la créativité suffisants pour être capable très concrètement et à chaque instant : 
    • De respecter mon client et d’intervenir de façon écologique auprès de lui ; 
    • De faire de même, simultanément, auprès du système humain dans lequel s’insèrent ce client et le processus de Coaching et/ou de Développement ; 
    • Et enfin, toujours simultanément, de me respecter moi-même et d’agir de façon écologique avec moi-même.

    Article 8 : le développement personnel du Coach ou de l’Intervenant Systémique

    Article 9 : le type de démarche de développement personnel du coach, responsable ou intervenant • Supervision

    Le signataire veille à rester cohérent avec les implications concrètes des sciences et pratiques systémiques. Il multiplie les moyens et les formes de son développement, et les adapte aux différents thèmes, besoins, rythmes et périodes de sa vie professionnelle.

    Engagements complémentaires des Signataires Professionnels de la Charte SYSTEMIS

    Je veille à rester cohérent avec les implications concrètes des sciences et pratiques systémiques, y compris à chaque fois que je choisis les modalités de ma démarche de développement personnel et professionnel. En particulier, j’accepte de me détacher des habitudes professionnelles héritées de démarches anciennes, et je veille à équilibrer mes ressources de développement personnel, pour qu’elles soient congruentes avec les finalités de ma démarche de Coaching et de Développement. Et donc : 

    • Je multiplie les moyens et les formes de mon développement (et me distancie ainsi de toute supervision normative) ; 
    • J’adopte, pour mon développement personnel et mes processus de supervision, des rythmes et une densité variables, appropriés aux thèmes et aux périodes de ma vie professionnelle ; de ce fait, je me démarque d’ailleurs des habitudes anciennes imposant souvent des rythmes arbitraires et des formes rigides. En effet, je reconnais que mon développement personnel et professionnel est finalisé, et non décrété de l’extérieur, et que le critère guidant ce développement est le besoin – ou l’envie – et non une habitude perpétuée par d’autres courants de pratiques ; 
    • Je m’adresse à des partenaires différents (et non à un seul coach ou superviseur) : ce point vise à remplacer les dépendances classiques entre un intervenant et un superviseur, par des moyens capables, bien au contraire, de satisfaire à l’éthique* d’autonomie du coach ou intervenant systémique ; 
    • Je remplace les méthodes qui, dans des approches plus anciennes, induisent un développement en référence externe (c’est-à-dire prenant à témoin et rendant des comptes à un professionnel ou une instance sur l’avancement de mon développement personnel) par un développement en référence interne (où je deviens et reste mon propre référent, tout en vérifiant les résultats concrets de mon développement dans son impact sur mes relations et mon environnement externe).
    Cet article explicite des principes forts mobilisant l’éthique des signataires à une échelle globale. La liste des thèmes requérant leur plus grande vigilance est reproduite ici.
    Engagement de chaque Signataire
    Cet article explicite des principes forts mobilisant l’éthique des signataires à une échelle globale. La liste des thèmes requérant leur plus grande vigilance est reproduite ici. 
    Engagements complémentaires des Signataires Professionnels de la Charte SYSTEMIS

    Même dans le cas d’actions vis-à-vis desquelles je ne suis pas moi-même le décideur de ces enjeux en tant que tel (par exemple lorsque j’endosse la fonction de coach), et alors que je reconnais, par ailleurs, que la portée de mes responsabilités est par nature limitée et faillible, j’accepte la pleine responsabilité sociale et environnementale de mes choix d’interventions.

    Et, dans ce cadre, je me tiens informé.e, de manière généraliste et équilibrée, via des sources multiples, des connaissances et enjeux du développement durable (ou concepts apparentés). Et, en tant que professionnel.le dont le métier et/ou la formation implique une forte capacité à m’informer par différents moyens, je reconnais l’urgence de répondre efficacement et concrètement à ces enjeux. En tant que coach, intervenant, responsable ou décideur, et comme cela est inclus dans la plupart des méthodologies systémiques, je reconnais qu’il m’appartient de veiller à l’écologie de tout objectif, décision ou action que je suscite, accompagne ou réalise, c’est-à-dire à ses répercussions possibles.

    En conséquence, que ce soit pour moi-même, pour mes clients et/ou mes partenaires, je veille à ce que chacun prenne conscience des enjeux locaux et globaux des objectifs, décisions et actions, en élargissant sa vision et en prenant la mesure de la responsabilité relationnelle, sociale, économique et environnementale qui en découle à chaque fois que l’accompagnement touche à de telles dimensions. Ce point, quoique souvent moins pertinent dans un accompagnement très local du développement personnel, entrera en revanche en jeu dans la grande majorité des actions de développement dans des cadres professionnels.

    Je fais ainsi en sorte de refuser toute complicité active ou passive avec des décisions et des actions ayant des répercussions nocives quant aux points mentionnés sur la liste proposée dans l’encart ci-contre. Je refuse donc aussi de me retrancher derrière une hypothétique neutralité de principe qui me dégagerait de ma responsabilité sociale et environnementale, cette responsabilité primant sur mes options méthodologiques. 

    Aussi, selon mon rôle (coach non décideur ou responsable décideur), le contexte (et ses évolutions) et l’évaluation que je fais de mes capacités, je m’engage, pour les enjeux mentionnés sur la liste ci-contre, à choisir entre les deux positions suivantes : 

    • Soit m’interdire d’accompagner toute décision qui aurait pour effet de favoriser des activités ayant notoirement des conséquences aggravantes sur ces enjeux ; 
    • Soit utiliser les outils méthodologiques qui permettront de faire prendre conscience par les personnes accompagnées des enjeux sociaux, économiques et environnementaux soulevés par ces points, jusqu’à recadrer la demande initiale en un objectif formulé de façon suffisamment créative pour respecter les environnements relationnel, social, économique et naturel au sein desquels il s’inscrira

    J’aurai par ailleurs à faire mes propres choix sur des thématiques non mentionnées sur la présente liste ; je pourrai également, si j’estime ces points importants, les soumettre à SYSTÉMIS pour faire évoluer cette liste, sa formulation, son contenu et sa portée. 

    Enfin, en règle générale, je reconnais ma responsabilité sociale à court, moyen et long termes, même si j’accepte que cette responsabilité a ses limites et que ma vision des contextes et des enjeux n’est qu’une perception évolutive parmi d’autres possibles. Et, dans cette perspective, tout en restant dans le cadre de mes missions (cadre défini par les Articles correspondants), je participe, formellement ou non en fonction de mes choix et de mes contextes d’action, à sensibiliseret/ou éduquer sur les thèmes relatifs au présent Article.

    Liste des thèmes de responsabilité sociale et environnementale engageant la vigilance du signataire
    1. Dans l’optique du présent Article 10, je reste très attentif.ve à toute répercussion possible d’un développement que j’accompagne ou dirige et qui pourrait avoir un impact sur les points suivants : 

      • L’émission massive (massive relativement à l’échelle de responsabilité de la décision à accompagner) de gaz à effet de serre (liées à des activités polluantes ayant des alternatives concrètes et pérennes, à la consommation d’énergie par les ménages, les bâtiments publics, les transports, …) ou de substances polluantes (agriculture intensive, …),

      • La déforestation et la dégradation directe de sites naturels ou des océans pour motifs économiques (tourisme de masse, industries polluantes, …),

      • La privatisation des ressources naturelles qui sont une propriété collective mondiale, la diminution de biodiversité (par la monoculture intensive, …), et leur corollaire le brevetage du vivant (et les tentatives, directes ou indirectes, de remplacement ou de contamination d’espèces présentes à l’état naturel par des espèces brevetées) ; 

      • La surconsommation, volontairement entretenue comme telle, de biens et services dont la conception, la fabrication, la mise à disposition, l’usage ou le retraitement entraîneraient des pollutions, une surconsommation d’énergies fossiles, des atteintes aux autres critères de cette liste (droits des populations locales, …), impliquant notamment la manipulation des usagers et consommateurs et/ou des collectivités locales ou nationales ;

      • Le marché de l’armement, de la pornographie, des paris et jeux d’argent 

      • L’atteinte aux Droits de l’Homme ;
      • Le blocage délibéré ou indirect de la créativité sociale et culturelle, tant à l’échelle locale que nationale ou mondiale (restriction des droits civiques, de la liberté d’association, atteinte à la création d’activité économique respectueuse des thèmes cités dans la présente liste, à l’indépendance de la Justice, à la liberté et l’indépendance de la Presse vis-à-vis des enjeux financiers, et son corollaire la concentration des médias dans les pôles de décision privés liés à des activités économiques violant le présent Article, surveillance privée des échanges par internet, minimisation et rationalisations partiales sur l’urgence écologique, uniformisation des cultures régionales représentant une diversité nécessaire au patrimoine mondial, …).

    Article 10 : Coaching et Interventions, Développement Durable, Responsabilité Sociale, Démocratique et Environnementale

    Article 11 : respect des initiatives individuelles, sociales, économiques, culturelles et écologiques

    Le signataire adopte une attitude constructive et de respect vis-à-vis des projets et des actions de «développement durable», reconnaissant qu’ils participent à la créativité sociale, et donc à la même dynamique que celle qui légitime les fonctions telles que coach, intervenant, développeur et/ou responsable d’activité. 

    Pour tous les Signataires

    Dans la perspective de l’article précédent, je m’engage à adopter une attitude constructive et de respect vis-à-vis des projets et des actions de «développement durable» (ou conceptions proches), quelles qu’en soient les échelles et la portée explicite, reconnaissant qu’elles participent à la créativité sociale, et donc à la même dynamique que celle qui légitime les fonctions telles que coach, développeur et/ou responsable d’activité. 

    Cette attitude constructive vaut y compris pour les projets et actions qui relèvent d’autres idéologies (dans le respect toutefois des critères mentionnés au sein de l’Article 12 relatif à l’indépendance idéologique du signataire), d’autres stratégies et méthodologies, d’autres axes de focalisation et/ou d’un autre cadre culturel que les miens.

    Engagements complémentaires des Signataires Professionnels de la Charte SYSTEMIS

    En cas de besoin, je peux participer à l’élargissement du champ de vision des acteurs d’un projet, si un tel projet ou une telle action me paraît être encore aveugle à des enjeux de développement durable que je considère comme néanmoins importants. Utilisant mes outils, et dans le cadre partenarial de mon éthique* d’accompagnement, je pourrai par exemple susciter une négociation «gagnant/gagnant» entre finalités et/ou moyens, permettant ainsi aux acteurs concernés de recadrer leurs ressources dans une perspectives plus large, plus ouverte sur les complexités à prendre en compte, et donc plus intégrée. 

    Enfin, toujours dans ce cadre, j’accepte d’affiner les formes de mes interventions, et en particulier le langage que j’emploie pragmatiquement au service de mes finalités, pour aller dans le sens d’un encouragement (direct ou indirect, formel ou informel) des initiatives, des motivations, des efforts, y compris justement lorsqu’ils ont besoin d’être recadrés. Ce point vise à stimuler et soutenir les efforts et les prises de responsabilités, ainsi que les ressources de créativité de chacun, en protégeant ces phases de créativité (par nature fragiles car non encore étayées par des résultats suffisants pour faire valoir une légitimité solide, et sujettes au processus souvent nécessaire de l’essai-et-erreur). Je participe ainsi, directement et indirectement, à l’émergence de représentations, pistes et solutions nouvelles, sur des thèmes variés, chacune de ces nouveautés pouvant servir, formellement ou non, à court, moyen ou long terme, aux nécessités du développement durable.

    La responsabilité sociale du signataire nécessite qu’il reste maître de ses choix idéologiques, et respectueux de ceux des autres personnes. Par conséquent, il s’engage à rester en-dehors de tout groupe coercitif (sectes et partis politiques extrémistes, groupes religieux fondamentalistes, groupes prônant la violence ou la discrimination, ou s’opposant aux Droits de l’Homme, organismes de conseil/communication/propagande défendant les activités mentionnées dans l’annexe de l’Article 10, etc).
    Engagements de chaque Signataire

    Ma responsabilité sociale nécessite que je reste maître de mes choix idéologiques, et respectueux de ceux des autres personnes. Par conséquent, je m’engage à rester en-dehors de tout groupe coercitif (et refuser l’appartenance même indirecte ou inactive à un tel groupe), dont : 

    • Les sectes conjointement répertoriées comme telles par les deux organismes CPMM (Centre pour la Protection contre les Manipulations Mentales) et UNADFI (Union Nationale des Associations de Défense des Familles et des Individus), et relevant des critères définissant ce qu’est un groupe coercitif en général (ainsi, une simple approche de développement personnel ou de santé alternative ne peut pas être en elle-même cataloguée de secte ou sectaire, évitant ainsi des raccourcis parfois utilisés par des groupes de lobbying – pharmaceutiques ou ordres médicaux par exemple – dont les intérêts sont en concurrence avec cette approche).

    En cas de doute de ma part sur un groupe, je prendrai contact avec SYSTÉMIS dont les membres actifs restent informés régulièrement sur ces points. En particulier, cette disposition permettra aussi de démystifier les «informations» relatives à certains mouvements ou approches qui, loin de répondre aux critères définissant les groupes coercitifs, ont au contraire parfois une utilité sociale réelle. La présente Charte encourage ainsi de telles distinctions, afin, à la fois, deprotéger une légitime liberté d’association, d’initiative, idéologique et de culte, d’une part, et, d’autre part, protéger les individus et les organisations de groupes coercitifs qui détournent ces thèmes et ces libertés à des fins manipulatoires incompatibles avec l’éthique* de choix et les principes soutenus par la Charte. En conséquence, je m’engage aussi, tant que je souhaite rester lié à la présente Charte, à rester en-dehors des organisations suivantes et de leurs intérêts immédiats : 

    • Les partis politiques extrémistes et leurs ramifications ;
    • Les groupes religieux fondamentalistes, quelle que soit la religion dont ils se réclament ; 
    • Tout groupe prônant, à des fins de pouvoir ou de façons apparemment gratuites, la violence ou la discrimination, ou s’opposant aux Droits de l’Homme ; 
    • Tout autre groupe, approche ou mouvement que SYSTÉMIS se réserve le droit de considérer comme opposé aux principes de respect des Droits de l’Homme, de Responsabilité Sociale et Environnementale, et à l’éthique* de choix qui fonde la présente Charte. 

    Au cas où ma situation changerait concernant le présent Article, ce qui est de mon droit, je m’engagerais à en informer immédiatement SYSTÉMIS (dont les organes garderaient la confidentialité sur le contenu de cette information, dans la limite des obligations légales de l’association), et à abandonner immédiatement ma qualité de signataire de la présente Charte et tout bénéfice en résultant (mention sur des cartes de visite ou documents, …). 

    SYSTÉMIS ne vérifiera que de façon ponctuelle une telle indépendance idéologique d’un signataire, en particulier si un ou plusieurs de ses membres, des signataires de la présente Charte, ou encore des clients et partenaires d’un signataire émettaient des plaintes à son égard ou des réserves quant à son appartenance à de tels groupes ou mouvements. Une telle appartenance restant au libre choix de chacun, elle est simplement incompatible avec la qualité de signataire de la présente Charte ; tout signataire accepte donc, dans les cas supposés rares où le CSDS lui demanderait de le faire, de se prêter à un examen de l’appartenance ou non à l’un de ces groupes ou mouvements, en sollicitant les organismes précités de lutte contre les sectes. 

    L’association SYSTÉMIS n’étant pas compétente pour émettre des certitudes en dernier ressort sur une telle appartenance, elle se réserve le droit de retirer à une personne la qualité de signataire si ses présomptions paraissent suffisantes au CSDS. En outre, si une telle appartenance était révélée sans que le signataire concerné n’ait pris ses dispositions conformément aux modalités prévues par le présent Article, SYSTÉMIS se réserve le droit, pour protéger ses membres et signataires, de poursuivre la personne devant les Tribunaux compétents, non pour appartenance à un tel groupe ou mouvement, mais pour violation de ses engagements vis-à-vis de la présente Charte, de l’association SYSTÉMIS qui l’édite et qu’elle représente, des autres signataires de la Charte, des membres de l’association, ou encore des clients du signataire qui auraient été abusés. SYSTÉMIS se réserve également le droit de soutenir toute autre personne physique ou morale ayant pris elle-même l’initiative d’une action en Justice dans ce cadre. Enfin, SYSTÉMIS décline toute responsabilité dans le cas où un signataire se mettrait en position de violer tout ou partie des conditions du présent Article.

    Article 12 : indépendance idéologique

    Article 13 : cadre de protection mutuelle et de médiation

    Pour permettre à l’ensemble des autres signataires de la Charte de concentrer leur énergie, leurs ressources et leur disponibilité d’esprit sur des actions constructives, le signataire s’interdit de leur porter atteinte, ainsi qu’à SYSTÉMIS, ou de menacer leur intégrité, ni l’intégrité, les activités ou la mission de SYSTÉMIS, de ses membres et fondateurs.

    En cas de différend entre signataires, ceux-ci s’engagent à communiquer entre eux en sollicitant leurs ressources utiles apprises en formation notamment, puis éventuellement à mettre en place un processus de médiation équitable, puis, s’ils en ont encore besoin, à solliciter la médiation du CSDS. Le but est de préserver les actions de développement et les ressources nécessaires à ces actions : c’est un appel à la responsabilité des signataires et à la cohérence de leur engagement, au nom des enjeux de développement auxquels ils déclarent vouloir apporter des réponses constructives.

    Pour tous les Signataires

    Je reconnais participer à une même communauté d’éthique* avec tout autre signataire de la présente Charte. Pour garder la cohérence avec cette Charte, en cas de différend avec l’un d’eux, je m’engagerais donc à solliciter la médiation par un ou plusieurs membres de SYSTÉMIS, désignés par le Conseil d’Administration de l’association ou le CSDS. 

    J’accepte ainsi, dans toute la mesure du possible et du cadre légal en vigueur dans le ou les pays concernés, à exclure toute action juridique tant que le CSDS n’a pas prononcé une éventuelle exclusion ou suspension de la qualité de signataire à l’égard de la personne opposée. 

    La finalité de cette mesure est de favoriser un usage congruent des pratiques responsabilisantes et la déontologie* constructive du Coaching et du Développement Systémiques, et de protéger l’image, la crédibilité, l’intégrité et les ressources des signataires, comme celles de SYSTÉMIS. 

    A titre d’illustration des attitudes constructives à adopter et à maintenir jusqu’à trouver des solutions respectueuses de chacun, je garde à l’esprit que la structure d’un conflit relève la plupart du temps d’habitudes de perception des situations, habitudes qui s’opposent tant qu’elles n’ont pas été recadrées dans une perspective plus large permettant d’articuler entre eux les systèmes de valeurs des parties en présence. Or, une telle perspective émergeant la plupart du temps lorsque la créativité des acteurs et/ou médiateurs est sollicitée, je conviens qu’il est de ma responsabilité de susciter cette créativité et de la protéger des actions, procédures juridiques, reports et délégations de responsabilités à des instances extérieures. Le processus de médiation mentionné ici est celui par lequel la création de solutions est rendue possible en maintenant entre les mains des parties en présence l’entière dimension de leurs responsabilités et de leurs ressources potentielles.

    La qualité de signataire de la Charte Déontologique du Coaching et du Développement Systémiques représente un engagement vis-à-vis des tiers.

    Cette information pouvant leur être communiquée renforce donc cet engagement affirmé par chaque Signataire.

    Engagements de chaque Signataire

    Les informations communiquées par les personnes à l’occasion de leur signature de la présente Charte seront tenues à disposition (sous réserve de leur acceptation par le CSDS) de toutes les personnes souhaitant notamment :

    • Vérifier, auprès de SYSTÉMIS, la qualité de signataire d’un professionnel dont elle a déjà le nom ou les coordonnées et auprès duquel elles envisagent de s’engager (client, partenaire, employeur potentiel, etc) ; 
    • Ou encore rechercher le nom, les coordonnées et la fonction d’un professionnel signataire, par exemple pour une intervention de Coaching ou de Développement dans un domaine ou une région en particulier. 

    Pour cela, en tant que signataire :

    • j’autorise SYSTEMIS à conserver les informations que j’ai mentionnées au moment de ma signature (signature écrite ou validation via le site internet), pour ce seul usage ;
      • et m’engage à communiquer systématiquement à de nouvelles personnes, lors de chaque contrat ou action avec elles, les coordonnées de l’association SYSTÉMIS (notamment son site internet) si elles souhaitent vérifier ma qualité de Signataire ou Signataire Professionnel.

    Article 14 : liste des Signataires

    Article 15 : usage commercial ou professionnel de la qualité de Signataire ou Signataire Professionnel

    Le signataire est invité à faire valoir cette qualité en la mentionnant sur ses supports de communication tels que cartes de visite, brochures, courriers professionnels postaux ou électroniques, curriculum vitae, propositions, site internet, etc.En cas de différend entre signataires, ceux-ci s’engagent à communiquer entre eux en sollicitant leurs ressources utiles apprises en formation notamment, puis éventuellement à mettre en place un processus de médiation équitable, puis, s’ils en ont encore besoin, à solliciter la médiation du CSDS. Le but est de préserver les actions de développement et les ressources nécessaires à ces actions : c’est un appel à la responsabilité des signataires et à la cohérence de leur engagement, au nom des enjeux de développement auxquels ils déclarent vouloir apporter des réponses constructives.

    Pour tous les Signataires

    Je peux faire valoir cette qualité en la mentionnant sur mes supports de communication tels que cartes de visite, brochures, courriers professionnels postaux ou électroniques, curriculum vitae, propositions d’action, site internet, etc. Pour cela, j’emploie la formulation «Signataire [ou : « Signataire Professionnel », selon le cas] de la Charte Déontologique du Coaching, des Interventions et du Développement Systémiques, auprès de l’association SYSTÉMIS». En cas de formulation différente, je m’engage à recevoir préalablement l’aval du CSDS. 

    Par ailleurs, la présente Charte n’intervient en rien dans ma politique tarifaire. Utiliser commercialement cette mention me laisse toute latitude sur ce point, pour mes activités de Coaching et d’accompagnement du Développement.

    Les informations fournies par le signataire sont traitées dans le respect de la précieuse loi «Informatique et libertés» et, depuis 2018, dans le cadre de la règlementation dite RGPD.

    Engagements de chaque Signataire

    Toutes les informations que j’ai fournies pourront être enregistrées sur support informatique et être mises à disposition : 

    • Des personnes tierces, comme prévu par l’Article 14 ;
    • Des membres de l’association SYSTÉMIS. 

    Ces informations sont conservées aussi longtemps que je conserve ma qualité de signataire, selon les modalités prévues à l’Article 17. Ensuite, elles pourront être conservées jusqu’à la prochaine mise à jour du fichier, et dans un délai de 3 mois au maximum. 

    Je peux, à tout moment, exercer mon droit d’accès, de rectification (en cas d’erreur) et de modification (changement de nom, d’adresse, de fonction, etc.) aux données me concernant. Pour cela, je peux adresser ma demande par email, ou par courrier postal au siège social de l’association SYSTÉMIS. Je peux m’opposer explicitement à ce que les informations me concernant soient disponibles via un site internet, ne les rendant ainsi disponibles qu’à la demande d’un tiers directement auprès de SYSTEMIS.

    Article 16 : respect des données

    Article 17 : acquérir la qualité de Signataire ou Signataire Professionnel de la Charte SYSTEMIS

    Le fait de devenir Signataire ou Signataire Professionnel de la Charte SYSTEMIS est gratuit. Acquérir cette qualité est un engagement complètement libre, en paroles et en actes ; cela requiert donc de s’engager tant professionnellement que personnellement à en respecter les Articles. Les personnes qui ne souhaiteraient pas cet engagement personnel seraient tout à fait libres de ne pas devenir signataire. 

    L’accent porté par la Charte sur la responsabilité de chacun implique notamment que toute personne reste bien sûr libre, à tout moment, de renoncer à sa qualité de signataire. Par ailleurs, SYSTÉMIS peut aussi être conduite à retirer cette qualité à une personne, sur décision du CSDS.

    Pour tous les Signataires

    1. Ma qualité de signataire s’acquiert par : 

    • Une déclaration formelle de mon souhait de m’engager sur cette Charte et d’être reconnu.e en tant que tel. Cette déclaration se fait selon les modalités définies ci-après ; 
    • L’engagement de consulter périodiquement, et notamment avant toute nouvelle communication de cette qualité auprès de tiers, la dernière version de la Charte dont j’accepte tacitement les termes de la plus récente version tant que je ne mentionne pas le contraire par email ou courrier postal.

    Pour être régulièrement inscrit.e en tant que signataire :

    • Soit je valide le formulaire en ligne sur la site de SYSTEMIS,
    • Soit j’adresse à SYSTEMIS, par courrier postal, un exemplaire imprimé de la présente Charte, signé en fin de texte et paraphé au bas de chaque page.

    2. La qualité de signataire se perd par : 

    • Le souhait formulé à SYSTÉMIS, par écrit, de ne plus être signataire ; 
    • Le non-respect par un signataire de l’un des Articles de la présente Charte, et dont le CSDS serait informé et resterait seul juge. 

    En cas de litige, l’association se réserve le droit de suspendre la qualité de signataire d’une personne, le temps nécessaire à une éventuelle procédure de médiation ou d’information. 

    Dans ces cas où l’initiative en reviendrait à l’association SYSTÉMIS, celle-ci notifierait sa décision par écrit (par email ou courrier postal) à l’ancien signataire, généralement dans un délai de 1 mois. 

    Une personne qui perdrait sa qualité de signataire devrait alors retirer toute mention de cette qualité, à compter de ce jour, de ses documents et supports tels que ceux mentionnés à l’Article 15, ainsi que dans ses déclarations verbales.

    Engagements complémentaires des Signataires Professionnels de la Charte SYSTEMIS

    Pour devenir Signataire Professionnel de la Charte SYSTEMIS, j’envoie également :

    • La copie de mes attestations de formation (ou copie du certificat pour les formations certifiantes) démontrant ma qualité de systémicien (ou je prends contact avec SYSTÉMIS si je n’ai pas ce type de documents ou de formation formelle).

    J’en attends ensuite l’acceptation par SYSTÉMIS.

    En cas de refus, le signataire serait notifié par courrier électronique ou postal, dans les 30 jours suivant la réception des documents requis (60 jours en période estivale). Au-delà de ce délai, l’association SYSTÉMIS accorde tacitement à la personne la qualité de signataire (qualité pouvant alors être mentionnée publiquement, conformément aux Articles 14 et 15 de la Charte). Dans certains cas, l’association se réserve toutefois la possibilité d’informer les personnes plus rapidement de l’acceptation de leur qualité de signataire, ou encore de les informer si un délai supplémentaire paraissait nécessaire au CSDS pour donner son accord.

    Les signataires sont invités à participer à l’évolution de la Charte, notamment lorsque des articles, critères ou formulations leur paraissent devoir être modifiés, ajoutés ou supprimés. Une procédure allant dans ce sens leur est proposée.

    Engagements de chaque Signataire

    La qualité de signataire s’accompagne de l’invitation à participer à l’évolution de la Charte. Lorsque des articles, critères ou formulations paraissent, aux yeux d’un signataire, devoir être modifiés, ajoutés ou supprimés : 

    1. Je peux en informer l’association SYSTÉMIS ; 
    2. Le CSDS pourra alors tenir compte des suggestions et des arguments apportés ; 
    3. Puis il m’informera de la suite donnée à ces suggestions : celles-ci pourront être a) acceptées telles quelles ou via de légères modifications, b) ou bien la Charte pourra être conservée dans sa version actuelle (éventuellement en m’en expliquant les raisons), c) ou encore susciter des modifications alternatives, grâce aux réflexions, partages et confrontations qu’aura suscités mon intervention auprès du CSDS ; 

    L’association pourra alors adopter les éventuelles évolutions décidées par le CSDS et publier une nouvelle version de la Charte sur ses différents supports. L’association pourra prendre ou non l’initiative d’en informer tous les signataires, notamment par courrier électronique.

    Article 18 : contribuer aux évolutions de la Charte SYSTEMIS

    Devenez Signataire de la Charte SYSTEMIS

    Plus qu’une étape pour rejoindre la communauté des Signataires et le faire valoir. Pour continuer et devenir Signataire Professionnel, il vous suffira ensuite d’un échange complémentaire avec SYSTEMIS.